Édition, Technologie

HTML5 pour tous

On entend de plus en plus parler de HTML5, même si nos corps de métier sont loin du web. Mais pour nous, concepteurs, graphistes, décideurs et pour la publication numérique, qu’est-ce que ça apporte ?

L’évolution du web

Le HTML, c’est le langage de tout site web depuis le début. Il répond à un cahier des charges précis qui en fait un standard. Le HTML4 a été entériné en 2004. Depuis on travaille les fondations du HTML5 pour rendre les pages web plus simples à créer en y ajoutant des éléments nouveaux (vidéo et audio sans encapsulation d’un lecteur spécifique, animations sans avoir recours à Flash – qui n’est pas un standard, lui –, intégration des polices de caractères, orientation de l’écran des tablettes, gestes…). Ce format est assez avancé, mais on ne sait pas vraiment quand il va être entériné, surtout tant que certains points ne seront pas éclaircis (le format vidéo ou audio à intégrer, par exemple).

D’ailleurs, on ne parle que du HTML5, mais il ne va jamais vraiment sans le CSS3 (le style graphique) et le javascript (les actions et interactions).

Dans la publication numérique

Aujourd’hui, pas mal d’interactions que l’on trouve dans nos publications numériques existent d’une manière ou d’une autre déjà pour le web. Il apparait alors logique pour agrémenter nos publications d’y insérer directement du HTML5.

360° dans Wired UK septembre 2011

Par exemple, un 360° d’un lieu (où on peut tourner tout autour). On peut l’insérer « facilement » avec Adobe DPS, mais uniquement en plein-écran, alors qu’avec Aquafadas ou Mag+, ça n’existe pas. On va donc composer notre 360° en HTML5 et l’intégrer dans un bloc (on le fait aussi avec Adobe DPS si on veut conscrire le 360° dans un bloc en particulier). Cela permet même de rajouter des hot-spots pour décrire certains points du 360°, chose impossible avec la fonction par défaut de DPS.

De la même manière, si l’on a besoin d’animer un titre ou une galerie photo d’une certaine manière, le plus simple va être de créer cette animation en HTML5 – avec des outils comme Hype, Motion Composer ou Edge – et de les importer dans un bloc de la publication.

Les avantages du HTML5

C’est léger, modulable et fonctionne sur à peu près tout (smartphone, tablettes, ordinateurs…) sans trop d’adaptation, contrairement à du contenu spécifique pour tablette.

On a déjà des ressources qui connaissent ce langage et qui le maîtrisent. Ils sont généralement au fond d’une cave mal éclairée et s’occupent du web, mais les former à adapter le HTML à la publication numérique n’est pas le plus long.

Les inconvénients du HTML5

Aujourd’hui, si on ne connait rien à ce langage, c’est assez dur de commencer de zéro, et des logiciels WYSIWYG (sans avoir à entrer dans le code) ne sont pas encore légion.

On peut faire des animations avec les logiciels sus-cités, mais par exemple rendre notre HTML5 réactif à l’orientation ou aux gestes sur une tablette nécessite d’avoir déjà les mains dans le cambouis au moins jusqu’au coude depuis quelque temps.

Mais rassurons-nous, je pense qu’un logiciel pour faire de la mise en page en HTML5 ne va pas tarder et d’ici 5 ans ce sera de l’histoire ancienne. Ce qui permettra de faire un magazine comme Aside sans une seule ligne de code.

Et l’ePub dans tout ça ?

Le format du livre numérique (ePub) arrive lui aussi à une certaine maturité avec l’ePub3, qui permet d’avoir un semblant de mise en page et d’interactions. Et cet ePub3 est principalement basé sur – vous l’aurez deviné – le HTML5 !

Quand je vous disais qu’on ne pourrait pas y échapper…

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s